La mort vous va si bien.

Bonjour,

Après une absence de 9 mois, je reviens doucement pour reprendre mon blog personnel en main.

 

Cette décision survient après un évènement qui m’a rappelé que
la vie est très courte.

Et si demain, je ne pouvais plus m’exprimer ? Quels seront mes regrets ?

Ne plus pouvoir écrire et offrir mes histoires. Quelles soient superbes ou nulles.

Aujourd’hui, je viens vous informer que j’ai publié sur Wattpad, ma première nouvelle.

Je souhaite en écrire plusieurs, très courtes, qui traitent toutes de la mort et de la façon dont on surpasse ce moment. Voir autrement la mort est difficile, on pense que c’est un moment triste, sans espoir n’apportant rien de plus que la douleur. J’essaie d’aborder le sujet d’une manière plus ambiguë.

Ces nouvelles seront donc des instants. L’écriture des dialogues pourra laisser croire à une de débutant. Je désire laisser les personnages parler entre eux. Et nous sommes là à les écouter. Nous capturons des bribes de paroles. La compréhension de leurs vies, de la situation, de l’avant ou de l’après et des conséquences seront susceptibles d’apparaitre irréels.

Cela pourrait être perçu comme un défaut, mais c’est un choix.

tombstone-1541070_1920

La mort vous va si bien, première nouvelle.

La première Nouvelle raconte un moment de la vie d’Iris Suterne.

A l’instant où l’externe sortit de la pièce, elle n’avait plus qu’une envie. Tout arrêter et rentrer se coucher pour être à l’heure à l’embarquement le lendemain matin. Ce ne fut pas le cas, elle resta plantée là.

Voici les tags sur Wattpad  :

#amour #contemporain #couple #déchirure #désillusion #fiction #geu #grossesse #instant #tristesse #vie

Tous vos commentaires sont une mine d’or pour moi. Je vous en remercie.

Une très agréable lecture.

Céline.

Céline

 

 

Aélïs Déesse Suprême par Coda Leia

Bonjour,

Cela fait longtemps que je n’ai pas pris posté sur mon blog perso. Coda Leia m’en donne l’occasion grâce à son dessin d’Aélïs Déesse Suprême tirée de mon roman Naissance d’une Déesse.14191663_10209370904003469_49283075_o

Coda Leia n’a pas lu mon roman mais elle a su avec les informations ou extrait que je lui ai fourni dessiner parfaitement ma Déesse. Je vous invite à découvrir son travail et surtout ses vidéos (https://www.youtube.com/watch?v=0y11Nqy0hXM), vous pouvez aussi lui passer des commandes ;).

Je lui ai demandé de remplacer la sphère par le logo de Booktubers App et je dois dire que le résultat est bluffant. Il est mis en valeur.

Le dragon sort du corps d’Aélïs, on appelle ça une évolution. Et la façon dont elle a créé les filaments de l’évolution sont sublimes. Je suis très heureuse de son travail.

Un très grand merci à elle.

http://coda-leia.deviantart.com/

https://www.youtube.com/user/kawell

https://www.facebook.com/codaleia/?fref=ts

Merci!!!!

Paranoïa

J’ai bien aimé sa chronique

lectricepassionee

Paranoïa

Paranoïa de Melissa Bellevigne
Editions Hachette ; Black Moon
Lu en mai

Lisa Hernest, psychiatre reconnue et spécialisée dans les cas complexes, est appelée à l’institut Saint-Vincent en périphérie de Paris. Elle va rencontrer sa nouvelle patiente : Judy Desforêt, internée pour paranoïa et hallucinations, enceinte de cinq mois et qui refuse de s’alimenter. Dès leur première entrevue, la jeune femme qui se dresse face à elle fait preuve d’une lucidité et d’un discernement hors pair. Et plus Lisa apprend à la connaître, plus leurs échanges viennent ébranler ses propres convictions professionnelles et personnelles. Entretien après entretien, Judy lui livre en effet une curieuse histoire, mêlant sa quête des racines familiales en Angleterre et la présence invisible d’un certain Alwyn, cet homme qui la suit comme son ombre depuis toujours. Progressivement, Lisa, l’experte en âmes fragiles, sent ses moyens lui échapper et Judy la déstabiliser. À mesure que les mois passent…

View original post 439 mots de plus

Les problèmes des bébés avec l’IMC, des méthodes à connaitre.

Bonjour,

Aujourd’hui, je désire venir vous parler de l’IMC des enfants. Et non, je ne vais pas discuter du poids et de l' »indice de masse corporel », très à la mode, mais d’un problème difficile à vivre pour les enfants et leurs parents. Lire la suite

Conseils pour écrire.

J’écris. C’est une certitude. J’écris et c’est un besoin viscéral qui se fait sentir en moi. Je ne peux pas parfois le faire. Surtout lorsque l’on a des enfants en bas âge. Alors, je me sens mal. J’ai les idées en tête qui tournent parfois trop pour ne pas être posées sur un bout de papier. J’écris et ça me libère, me fait vivre. J’ai cette envie et je suis heureuse de l’avoir. Pourtant, je n’ai pas toujours été ainsi. Petite j’écrivais le soir, disons la nuit. Des pages et des pages. J’aimais me relire et les mettre de côté. Je n’offrais à personne mes mots. Ils étaient pour moi. Un petit secret bien caché. J’ai eu envie d’écrire ensuite vers mes 22 ans, mais de quoi puis-je parler ? Je me disais qu’aucun lecteur ne voudrait me lire alors j’ai mis de côté ma plume.

C’est en Australie dans ma cuisine que l’envie est revenue… Suite à une discussion. Mon mari voulait une histoire pour un nouveau jeu vidéo. Je lui ai raconté le début de l’histoire des Déesses. Ce sont des personnages grandement inspirés par Luis Royo. Il faut dire qu’il est un maître dans l’art de créer des Déesses. Alors mon mari me demanda de poser l’histoire sur papier. De faire la structure… J’ai pris mon portable et j’ai écrit. Je ne me suis plus arrêtée. Passé 21 jours j’avais fini mon livre…

Si vous souhaitez écrire, faites-le. Il ne faut pas se demander si oui ou non on peut écrire. Il faut le faire. Sur quoi ? N’importe quoi, tant que vous aimez. Arrive ensuite l’étape de publication et très peu (bien qu’il y en a beaucoup) voudront être publiés. Alors, prenez vos plumes et écrivez. Faites-vous plaisir et libérez les mots qui sont en vous.

Voici quelques conseils pour écrire

Ambiance pour écrire :

Trouver la bonne façon d’écrire. Être à son bureau, assis sur son canapé ou encore dans un café ou une bibliothèque. Dans un endroit silencieux ou bruyant. Nature ou industriel. L’important c’est de trouver le lieu dans lequel écrire sera un plaisir.

Support pour écrire ? :

Choisir là encore comment écrire. Un cahier et un crayon ? Un pc, une tablette… L’important encore une fois c’est de pouvoir ne pas changer en cours de route ou perturber ton imagination.

Attention tout de même pour le format papier qui oblige à reprendre le texte sous pc/mac ensuite. Passer du Manuscrit ou Tapuscrit n’est pas toujours un plaisir. Certains adorent, d’autres refusent.

Préparation des artifices créateurs d’inspirations ou encore les Muses !

  • Oui écrire parfois nécessite des artifices. Pour moi, c’est la musique dans un casque (Beats obligatoire) pour me couper du monde. Une musique sans paroles ou alors des spécifiques comme « Cold de lucy et aqualunge de Twillight. » Colllldddd…. Là je dis oui sinon c’est de l’épique ou encore du seigneur des anneaux, du piano, Requiem for a dream pour les passages tristes.
  • La playliste des écrivains se prépare à l’avance et parfois par genre d’écriture. (triste, romance, angoisse, action…) Il ne faut pas hésiter à passer un peu de temps pour ceux qui désirent écrire en vue d’un livre.
  • Le café et le thé. À ne pas trop en abuser, mais si avoir une tasse de café ou de thé près de soi aide à y voir plus clair, n’hésitez pas !
  • Un espace propre et rangé pour que son esprit se sente libre est aussi un plus.
  • En revanche fumée en écrivant, la drogue ou encore les médicaments ne sont pas conseillés. Je dis ça parce que oui. Certains usent de ça. Le souci, est l’addiction et ensuite écrire sans devient un calvaire
  • Le clavier pour PC. Parfois si le clavier n’est pas mécanique, et donc ne fait pas de bruit, c’est perturbant pour l’écrivain…
  • Trouver son truc et le garder précieusement.

Comment écrire ?

  • Première chose. Si écrire grâce à une consigne ou un sujet est facile alors c’est très simple.
  • Choisir le genre littéraire que tu désires aborder.
  • Se demandes de quoi parler. Exemple tu aimes bien la nature et les fées ? Tu parleras des fées. Si la Dystopie est ton dada, tu parleras de ça.
  • Ensuite une héroïne ou un héros. Aventure ou non. Se donner un objectif et la consigne.
  • Commencer à écrire l’histoire. Exemple le prologue. Et le mettre de côté pour y réfléchir quelque jour. Songe dans les parcs ou autres lieux à son histoire. Se poser la question de ce que l’on voit. Comment s’imagine-t-on les choses après son prologue.
  • Parler beaucoup avec sa famille, ses amis et son amour pour raconter l’histoire. Ils poseront des questions et le cerveau donnera les réponses sans que vous le sachiez avant 😉
  • Noter toutes les idées ou scènes vues.
  • Dès que le roman prend forme, poser la structure de l’histoire.
  • Tu n’as toujours pas d’inspiration ? UNE SOLUTION !!!! Demander à un proche une consigne ; Ex : Écris pour moi une histoire pour un jeu vidéo dont le héros ou l’héroïne…

La structure

  • Faire un organigramme. Un sommaire. Chapitre 1 ou partie 1 ou encore livre 1. Je parle de ça puis il y aura ça. …. Les combinaisons. Exemple si le roman est un policier. Poser le meurtre, l’assassin, les personnages et leurs rôles.
  • Instaure une ambiance.
  • Décris tes personnages. (même si tu ne les auras pas tous)

La structure est l’équivalent de la moitié du boulot d’écriture. Une structure aide à commencer le roman. Cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas en changer. C’est un peu La grande Consigne pour le cheminement. Ton fil rouge à suivre. Partir de là et arriver là.

Parler de son roman au fur et à mesure de l’histoire

  • Racontez là partagez là et faites-vous lire. D’en parler aidera à voir plus loin encore, à s’encourager et à se permettre de vivre l’histoire et de la faire vivre à son tour.
  • L’idéal est la famille pour le soutien. Pour moi c’était mon homme, ma meilleure amie et ma belle-sœur. Ils sont toujours subjectifs. Donc ça marche bien. Après ça si vous continuez pour faire un manuscrit, il faut se confronter aux inconnus qui seront subjectifs et honnêtes. Ils n’iront pas dans votre sens.
  • Proposez ses écrits aux autres auteurs sur des forums ou trouvez un/une binôme ou beta lecteur.

Prendre du temps pour ne rien faire et s’écouter

Il faut se réserver des moments de calme pour se recentrer sur son histoire. C’est le plus important. Cela ne veut pas dire un lieu calme, mais juste toi et toi qui pense à ton histoire. Dormir plus pour rêver et se souvenir de son rêve. Aide beaucoup. (je rêve de pouvoir le refaire!)

Après la fin

Commence l’éternelle correction et réécriture…et c’est ici que commence pour ceux qui désirent faire un manuscrit la deuxième partie du travail d’écriture.

Écrire l’histoire est le plus excitant et la réécriture ajoute un aspect solennel que j’aime lorsque mes chapitres prennent une forme qui ressemble presque à un livre accompli. Attention, corriger et réécrire, oui, mais ce n’est jamais fini.

Blue Ray du Jour? Cendrillon!

cendrillon film 2015

Bonjour à tous !

Ayant une petite fille (très princesse) de 6 ans, très bientôt 7 ans, je ne peux pas en mère que je suis passée à côté de Cendrillon en Blue Ray et ne pas le lui acheter !

J’avais lu des chroniques et je ne sais pas si à l’époque c’était une mauvaise pioche, mais j’avais plutôt lu du mal dessus. Film trop niais… le prince comme ci, le prince comme ça…Cendrillon trop bête… Je sais qu’il n’avait pas non plus été noté à plus de 3 étoiles par la presse sur AlloCiné. Quoi qu’il en soit, ma fille n’a que faire des notations ou des critiques. Elle regardera Cendrillon qu’il soit ou non nul et pas qu’une fois ! Au moins un nombre incalculable qui fait que j’achète un Blue ray pour être sûr qu’il tienne !

Donc pour en revenir à Cendrillon. Je ne sais pas si beaucoup d’entre ceux qui ont eu un regard mauvais sur le film, mais j’ai une édition livre de cendrillon (non pas de Disney) pour enfant et je dois dire que le film corresponds parfaitement à l’histoire. Ok, deux ou trois choses changent, mais très peu.

Je trouve même que la ressemblance entre les demi-sœurs du dessin animé (Disney cette fois) et celles du film sont frappantes.

Je n’ai pas bien compris ce que les spectateurs n’avaient pas apprécié ? L’histoire correspond à l’originale. Ils s’attendaient à une révision de l’histoire telle que nous avons eu avec la Belle et la Bête (film français), la belle au bois dormant (Maléfique) ou encore Blanche Neige et le chasseur ?

Je ne sais pas vraiment ce qu’ils n’ont pas apprécié. Pour ma part, le film est une réussite sur plusieurs points.

Visuel : Les images sont magnifiques. Les couleurs sont toutes très lumineuses et donnent une vision joyeuse. Les effets spéciaux sont très bien réalisés. C’est chatoyant et plaisant. Un rêve magique visuellement.

Acteurs : Je ne l’ai pas vu en anglais donc je ne pourrais pas trop parler des voix, mais j’ai trouvé les acteurs parfaits. Ils correspondent à l’image que l’on se fait lorsqu’on lit Cendrillon à son enfant avec un livre ancien ou une version Disney. D’autre part, l’actrice qui joue Cendrillon « Lily James » est très jolie et naturelle. J’ai beaucoup apprécié sa façon de jouer le personnage. Une grande réussite. Le prince n’est pas en reste.

L’histoire : Pour moi, elle correspond parfaitement et ne déroge pas à la source première. Quelques modifications sont légères, mais lorsque nous sommes habités en tant que lecteur à lire une histoire en livre, nous aimons la retrouver à l’exactitude en film. C’est le cas pour moi ici. À moins que j’aie une mauvaise version originale. Le manque de renouveau ne m’a absolument pas dérangé.

Plaisir pour l’enfant : Et bien ils ont eu tout bon. Ma fille n’a eu de cesse de le visionner. Oui oui, elle danse même dans la rue ! La musique étant un peu changée par rapport au dessin animé Disney, il y a un certain renouveau. Et bien moi, maman, je me ravit de la voir danser ! Croyons un minimum à l’amour fou ! Ça existe !

Une très belle réussite pour moi que je conseille à tous les amoureux de princesse et de moment magique.

Note : 18/20

Vengeance en Prada. Le retour du Diable.

images

Le film m’avait beaucoup plu et j’étais devenu une fan de celui-ci, les jours sans trop d’activités. Autant dire les dimanches et avant mes enfants. Lorsque mes yeux se sont posés sur la suite du « Diable s’habille en Prada » sur un présentoir cartonné indiquant dans un coin une promo pour les vacances « 2 achetés 1 offert »… Autant vous dire que j’ai fait, ni une, ni deux et me suis plongée dans la lecture à peine mon popotin touchant le siège passager de ma voiture

J’ai peu de temps à consacrer à la lecture. Mais ce livre a su (dès les premières pages) m’apporter une fraicheur dans ma vie actuellement très répétitivement fatigante et frustrante (oui c’est le quotidien d’une maman d’un nouveau-né). Il a su me donner un côté Peps et m’attirer pour lire les futurs potins et autres remarques génialissimes de Madame Miranda Priestly. Bien que j’ai eu le plaisir de lire la vie d’Andy, l’histoire à un moment tournait un peu en rond. Un tiers du livre m’a donné la sensation de découvrir une vie semi-teintée de regret et de souvenir des dix années qui séparent le tome 1 du tome 2. Je me suis demandée, si cette lecture finissait par être aussi bien que ça. Je vous assure que lire une ribambelle de souvenirs en plein milieu de scène finissait parfois par me perdre, ne sachant plus ce qu’Andy faisait au départ pour se remémorer ces détails, ces sentiments ou ces rencontres, pire encore que l’on soit propulsé dans une autre anecdote. Un peu comme-ci l’auteur ne savait pas elle-même ce qu’elle allait bien pouvoir nous servir pour nous tenir en haleine.

Passé ces moments de lecture où l’on se laisse trimbaler à droite à gauche, on reprend le cours de sa vie au présent. Et j’avoue, bien que l’histoire ne soit pas désagréable, j’ai longtemps attendu de voir arriver Miranda et encore plus pour qu’elle soit un personnage beaucoup plus présent comme le supposait la 4ème de couv. Ça n’a jamais été vraiment le cas. Bien sûr, elle est dans le livre et plusieurs fois mais les apparitions sont trop rares et bien trop rapides pour dire que c’est le retour du Diable.

J’ai fini par abandonner l’idée que le retour serait aussi croustillant que le film dont je savoure le visionnage. Non et non. Je comprends d’ailleurs pour quoi un film deux n’est pas à l’ordre du jour. Le flop serait assuré.

Pourquoi ? Parce que la vie d’Andy est certes très sympa, mais Miranda est « le personnage » par excellence qui donne une contenance à l’histoire. Or, en l’occurrence, elle ne brille pas par sa constante présence. Nous assistons, donc, à une vie des plus banale. Un couple, un mariage, une belle-mère qui n’apprécie pas plus sa belle-fille (mais même là, l’exploitation n’est pas faite). Les regrets du passé, l’amour pour son ex. Un bébé… Bref rien de très incroyablement palpitant à la lecture.

Alors ai-je continué ? Oui, parce que certains personnages comme Emily apportent ce fameux côté Peps du début de l’histoire. Le livre est fluide à la lecture et se lit très facilement. L’auteur a su mettre du Miranda pour retenir le lecteur. Et puis après la fin n’étant pas loin pourquoi ne pas le finir, je comptais sur le : « on verra bien ! »

Au final, deux situations seulement m’ont plu. Le diner chez Miranda et Sophie une nana du groupe de jeune maman qui se révèle une bonne surprise. Sinon, je n’ai pas plus apprécié la fin de l’histoire un peu trop facile ou justement trop banale de nos jours. Une fin qui me laisse un goût de « Mouai… ».

Je conseille ce livre si vous aimez « le Diable s’habille en Prada » mais ne vous attendez pas au même niveau que le film (je n’ai pas lu le tome 1 et je l’ai acheté la semaine dernière). Cette histoire a tout de même su me donner un peu de fraicheur et m’abandonner à la vie d’Andy a été simple. Une lecture agréable du dimanche où l’on ne souhaite pas trop réfléchir. Maintenant, je suis très curieuse de lire le tome 1 !

Note : 13/20

ISBN : 978-2-266-24621-7